Les clients du Nouveau-Brunswick se rendent à la frontière des États-Unis pour prendre des vols moins chers

Fredericton, Nouveau-Brunswick, le 31 mai 2012 – Les directeurs généraux des aéroports du Canada atlantique se réuniront aujourd’hui à Fredericton pour discuter des enjeux touchant à la compétitivité de l’aviation dans la région.

« Notre priorité aujourd’hui est d’examiner pourquoi nous perdons des clients du Nouveau-Brunswick au profit d’aéroports américains », a affirmé Keith Collins, président de l’Association des aéroports du Canada atlantique.

Monsieur Collins a souligné que les aéroports du Nouveau-Brunswick perdent 50 % de leur marché transfrontalier au profit d’aéroports aux États-Unis. « Cette réalité fait partie d’une tendance nationale, affirme-t-il. En effet, près de 5 millions de Canadiens et Canadiennes sont partis d’un aéroport américain en 2011. »

Selon une étude menée récemment par le Conseil des aéroports du Canada, la perte de passagers canadiens est un véritable problème. Près de 5 millions de voyageurs choisissent de prendre leur vol d’un aéroport à la frontière des États-Unis. Cela représente une perte de 1,3 milliard de dollars en ce qui a trait au produit intérieur brut du pays et une perte de plus de 200 millions de dollars en recettes fiscales.

Bernie LeBlanc, directeur général de l’autorité aéroportuaire de Saint-Jean, précise que le prix d’un billet d’avion est beaucoup plus élevé chez les aéroports canadiens que chez ceux des États-Unis. « Cela s’explique en partie par le droit pour la sécurité des passagers, la taxe de vente harmonisée, le coût caché du loyer que les aéroports versent au gouvernement fédéral et les frais de navigation et d’amélioration aéroportuaire qui servent à financer l’infrastructure. »

« Il y a plus de dix ans, le gouvernement a transféré les aéroports aux autorités locales afin que ceux-ci deviennent autosuffisants, d’ajouter monsieur LeBlanc. Sous la direction locale, la plupart des aéroports ont en effet réussi à créer un système moderne qui appuie l’aviation et l’économie de la région. Il est cependant évident que nos aéroports sont devenus moins compétitifs que ceux de nos voisins du Sud. Nous voulons collaborer avec le gouvernement et les compagnies aériennes afin de créer un plan qui réduira le coût des voyages aériens au Canada. »

À propos de l’Association des aéroports du Canada atlantique
L’AACA représente 14 aéroports de Terre-Neuve-et-Labrador, de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard. L’AACA permet à ses aéroports membres de mener des activités concertées sur des questions de politique qui touchent les aéroports et les collectivités de la région. Les aéroports membres sont d’importants moteurs économiques; ils génèrent plus de 2,6 milliards de dollars chaque année en facilitant le transport de près de 6,6 millions de passagers et d’au-delà de 55 000 tonnes de fret. Cela équivaut à une masse salariale de plus de 560 millions de dollars.

Personne-ressource auprès des médias :
Monette Pasher
Directrice exécutive
Association des aéroports du Canada atlantique
Tél. cell. : 902-314-5651
Courriel : monette@acairports.ca